Juste une ombre – Karine Giébel

La mise en ambiance est très rapide, dès les premières pages du prologue nous sommes plongés dans une atmosphère oppressante et la tension est maintenue tout le long de la lecture. 

il s’agit de mon premier livre de Karine Giébel et j’ai adoré. Un style propre à l’auteur une écriture ciselée qui donne du tempo à l’histoire, tout en maintenant le lecteur sous pression. 

Cloé est une jeune cadre dynamique, sûre d’elle quitte à en écraser ses collaborateurs. Elle est en lice pour le poste de directrice générale de l’entreprise où elle travaille. Un soir alors qu’elle rentre d’une soirée pour le boulot, elle est suivie par une ombre habillée d’un sweat noir. Elle éprouve une frousse comme jamais elle n’en a eu, au point de s’uriner dessus…

Côté vie sentimentale, elle est en couple avec Bertrand. Elle peine à retrouver confiance en elle à ce niveau. Ancienne femme battue, elle a envoyé son ex-mari en prison. Pourtout, cette jeune femme est un personnage profondément antipathique, elle est égoïste, rien ne compte si ce n’est elle. 

L’ombre ne cesse de la suivre, on se demande même si elle n’a pas des hallucinations. Elle a des absences, elle se confie à son petit ami. Mais ce dernier me pousse à m’interroger, ses intentions sont-elles sincères?

Et puis il y a Alex, un flic torturé, qui cache une terrible réalité à ses collègues. Les deux viennent à se rencontrer, lui est le seul à la croire. 

Un thriller à couper le souffle, chapeau à l’auteur pour avoir maintenu la pression jusqu’au bout! J’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé cette lecture! 

Résumé :

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s